Solidaires avec Las Vegas, Marseille et Edmonton! Solidaires avec New York!

Carnaval brésilien au cœur de Québec

Le 3 avril dernier, l’Atrium du Pavillon Charles-De Koninck, à l’Université Laval, a été la scène d’une grande fête brésilienne qui a réuni plus de 300 personnes.

L’événement est né de la rencontre de la toute nouvelle Association Brésil (ABRE) de Québec avec l’Académie «Sul da Bahia-Québec». Après réflexion, les coordonnateurs de l’ABRE qui voulaient souligner la naissance de l’organisme sont arrivés à la conclusion qu’il n’y avait rien de plus approprié qu’un carnaval pour fêter cela. L’Académie «Sul da Bahia-Québec», qui attire beaucoup de Québécois, voulait elle aussi organiser sa traditionnelle fête annuelle comportant un atelier de capoeira. Une grande fête commune interculturelle semblait donc une meilleure idée que deux petites fêtes distinctes.

Une grande fête interculturelle sur les rythmes du Brésil. (Photo: Eloise Donatti)
Comme nous étions de la fête, nous pouvons témoigner de cette excellente idée. En plein cœur de Québec, sur des rythmes dignes de la ville de Rio plus heureuse qu’aujourd’hui (car frappée par des pluies diluviennes seulement 48 heures après la fête de Québec), on entendait plusieurs langues distinctes comme le portugais, le français, l’espagnol, l’anglais; un vrai mélange culturel représentatif de la culture brésilienne.

Bouche bée devant la capoeira

Une foule d’artistes étaient invités à se produire tour à tour devant les centaines de personnes présentes. La fête a commencé avec la présentation du «maracatu» (le nom d’un très vieux rythme du Pernambuco au Brésil) avec le groupe «Pé na Rua» de Québec, suivie d’une belle démonstration de capoeira, impressionnante combinaison de danse et art martial du Brésil, avec l’Académie «Sul da Bahia-Québec». L’étudiant québécois Martin Lévesque, qui était de la fête, est resté bouche bée pendant la présentation de capoeira. «C’est incroyable les mouvements et les coups que les joueurs font! Je suis émerveillé par la musique et le rythme de ce spectacle. La culture brésilienne est vraiment extraordinaire», nous a-t-il déclaré.

Ensuite, le public a dansé et chanté avec le groupe «Balako do Samba» de Montréal et s’est laissé emporté par un très beau numéro de samba offert par la danseuse Valérie Chery.

Le grand mérite des organisateurs est d’avoir réussi une fête interculturelle par excellence de haut niveau artistique. Pour la professeure stagiaire de capoeira et organisatrice de la fête, Luana Estevao Vieira, la joie et l’énergie des participants ont pleinement récompensé son travail d’organisation: «Le fait d’aimer notre culture et notre art nous encourage à continuer notre vie ici à Québec. On sent que les personnes aiment et valorisent notre culture. Et cela me rend vraiment heureuse», nous a confié Mme Vieira.

Des objectifs ambitieux pour l’ABRE

L’Association Brésil n’a pas été créée avec le seul objectif d’organiser des fêtes, selon sa présidente, Mme Dafne Ashton Brazil. Ce nouvel organisme veut accueillir l’immigrant qui arrive à Québec. Au-delà d’aider les Brésiliens dans les démarches bureaucratiques, l’association veut montrer régulièrement un brin de la culture brésilienne aux Québécois. «L’association veut faire de Québec une place encore meilleure pour vivre. C’est vraiment bon de voir la joie des Brésiliens, principalement pendant les fêtes, une joie qui se propage aux personnes qui sont autour d’eux», dit-elle.

Quant aux projets d’avenir, l’ABRE veut aider les Brésiliens de la région de Québec qui désirent régler leur situation avec le TSE du Brésil (Tribunal Supérieur Électoral). De plus, elle espère réunir les Brésiliens pour assister ensemble à la diffusion de la Coupe du Monde de soccer.

Eloise DONATTI / Article publié dans le numéro d'avril 2010.