Solidaires avec Las Vegas, Marseille et Edmonton! Solidaires avec New York!
Show Choc Culturel 2010

Pour le retour du sourire en Haïti

«Cette année, le spectacle est orienté vers le soutien au peuple haïtien grâce à un projet collectif, un centre culturel multiservice, qui sera implanté dans la ville de Jacmel, en Haïti», a annoncé d’emblée le directeur général du Centre R.I.R.E. 2000, Benoît Songa, à l’occasion de l’événement Show Choc Culturel qui a eu lieu le 9 mars dernier au Capitole de Québec dans le cadre du Mois de l’Histoire des Noirs.

À la suite de l’initiative du Centre R.I.R.E. 2000, quelques organismes, tels que l’Association haïtienne de Québec, l’Aide médicale internationale à l’enfance (L’AMIE) ainsi que l’Association Internationale pour le Partenariat Entreprises-O.N.G. (AIPEO), se sont greffés au projet. Ce centre pluridisciplinaire de solidarité valorisera d’abord l’éducation et tiendra compte des besoins de la population. Sous la présidence d’honneur de M. Claude Bernatchez, animateur-radio pour la Première Chaîne de Radio-Canada, le Show Choc Culturel, qui a accueilli plusieurs artistes aux différents registres comme Clio, Senaya, Dawn Taylor Watson, Sylvie Desgroseilliers et l’Ensemble Gospel de Québec, visait à recueillir des fonds pour l’élaboration du centre.

Un spectacle conçu pour apaiser la souffrance du peuple haïtien (Photo: Mélyssa Turgeon)

Québec-Haïti, une solidarité naturelle

Le fil conducteur de la soirée est resté celui de la solidarité entre les peuples québécois et haïtien. C’est dans cette perspective que s’inscrit le projet collectif du centre culturel de Jacmel. «Le bâtiment du centre culturel multiservice sera le port d’ancrage entre les citoyens volontaires de la ville de Québec et ceux de la ville de Jacmel, par le biais d’échanges, d’expertise, sur une base de partenariat, de transparence et de respect mutuel», a affirmé M. Benoît Songa. Ce projet partenaire est ouvert à qui veut bien y participer, organismes et entreprises comme citoyens.

L’apport des médias dans la tragédie d’Haïti est resté également un thème important de la soirée. «Nous savons toute la place que les médias ont prise également dans cette tragédie pour nous rapporter les images, pour nous expliquer ce qui s’y passait. C’est important de continuer d’en parler», a déclaré la maîtresse de cérémonie, l’artiste d’origine haïtienne Géraldine Piquion. Ainsi, M. Bernatchez, président d’honneur de la soirée, s’est vu remettre un prix spécial de la part du Centre R.I.R.E. 2000. Pensant à la couverture qu’a faite son média de la tragédie haïtienne, le journaliste a ajouté qu’ils l’ont «fait en mettant en évidence les liens très, très étroits du Québec avec Haïti, et de la ville de Québec avec Haïti».

Un spectacle extrêmement réussi

Par ailleurs, le public a profité de prestations d’artistes qui ont su métisser leurs origines avec leur passion. Le spectacle a offert un répertoire varié de chansons, passant de Leonard Cohen, des Beatles et du gospel aux compositions personnelles, le tout sur des rythmes blues, jazz, soul et folk. L’artiste d’origine haïtienne Clio a offert une performance intime teintée de jazz, notamment avec une composition entièrement en créole alors que la Sénégalaise Senaya s’est imposée avec sa fibre soul qui colore ses propres compositions. Ensuite, l’incontournable de la scène canadienne du blues, Dawn Taylor Watson, a trouvé la façon d’allumer la frénésie avec sa voix de velours tandis que Sylvie Desgroseilliers a réussi à calmer les ardeurs avec l’harmonie de ses chansons réfléchies. Quant à l’Ensemble de Gospel, l’entrain du groupe a laissé la chance à la foule de se dégourdir les jambes après environ deux heures de spectacle.

Mélyssa Turgeon / Article publié dans le numéro de mars 2010.