Famille musulmane décimée à London (Ontario) — solidaires avec les proches des victimes!
«La pandémie achève, mais elle n’est pas terminée», précise le premier ministre François Legault. Il demande aux Québécois de continuer à respecter les consignes et d’aller se faire vacciner. (Photo: YouTube/CPAC)

LE RISQUE DE CRIER VICTOIRE AVANT LA FIN DE LA GUERRE

Les mesures sanitaires généralement bien respectées (dont celle du couvre-feu) et l’avancement presque inespéré de la vaccination au Québec nous ont permis collectivement d’entrevoir récemment la vraie lumière au bout du tunnel. Cela a rendu possible le calendrier de déconfinement graduel annoncé le 18 mai 2021 par le gouvernement Legault et la Santé publique. Cependant, même si le nombre de nouveaux cas, d’hospitalisations et de décès est à la baisse au Québec, la guerre contre la COVID-19 n’est pas finie. Il est encore trop tôt pour crier victoire.

Mihai Claudiu CRISTEA

Le réveil pourrait être brutal et douloureux au Québec

Malgré son statut de société distincte plus ou moins reconnu au Canada, le Québec n’a pas l’avantage géographique insulaire de l’Australie ou de la Nouvelle-Zélande qui a permis à ces pays, entre autres, de juguler la pandémie de COVID-19. Plusieurs spécialistes, dont ceux de Santé Canada, mais aussi d’Europe, parlent d’une possible quatrième vague de la pandémie, en laissant entendre que ce serait une erreur de sous-estimer la capacité de rebondir de la «bête» et de ses souches planétaires imprévisibles. D’ailleurs, le directeur national de la Santé publique Horacio Arruda a averti que le calendrier de déconfinement, qui prévoit un retour à la quasi-normalité (sans masques) à la fin d’août prochain, est conditionnel au respect rigoureux des mesures sanitaires et à la vaccination de 75 % de la population du Québec avec les deux doses.

Cela ne m’inquiète pas de voir, en consultant les statistiques du gouvernement du Québec, que seulement 4 % de la population québécoise avait reçu à la mi-mai la deuxième dose du vaccin contre la COVID-19. Je suis certain que les presque 75 % de Québécois qui (comme moi) ont fait le choix de se faire vacciner jusqu’à présent avec la première dose de vaccin iront également recevoir leur deuxième dose le plus rapidement possible pour être protégés au maximum. Je suis tout aussi convaincu que les autorités sanitaires canadiennes et québécoises feront tout ce qu’il faut pour rendre disponible la vaccination complète d’ici septembre prochain. Ce qui m’inquiète, c’est le non-respect des normes sanitaires au Québec par une minorité pas du tout négligeable. Je pense avant tout aux images absolument renversantes filmées le 19 mai 2021 à la plage d’Oka par la docteure Nicole Seben, nous montrant environ 1000 personnes majoritairement jeunes défiant les règlements sanitaires en vigueur. (...) En visitant le site Web de la SÉPAQ, propriétaire du Parc national d’Oka et de la plage d'Oka (qui se trouvaient dans une zone rouge le 19 mai), j’ai appris avec stupéfaction que le nombre de personnes qui pouvaient se rassembler à l'extérieur était de seulement huit personnes... (...)

Malheureusement, il ne fallait pas chercher trop loin des raisons d’inquiétude. Trois jours plus tard, notre ancienne collaboratrice Elsa Iskander titrait dans Le Journal de Québec: «Gros party devant le poste de police». Il s’agissait d’un rassemblement illégal de plusieurs centaines de personnes, la majorité sans masque et sans respect de la distanciation, organisé le 22 mai, au parc Victoria, à deux pas de la centrale du Service de police de la Ville de Québec.

Si ce genre d’euphories estivales irresponsables se répètent et se multiplient, cela ne prend pas l’expertise de la brillante microbiologiste-infectiologue Caroline Quach pour comprendre que le réveil sera brutal et surtout douloureux au Québec.

Mihai Claudiu CRISTEA

Lisez plus dans l'édition de mai imprimée

Près de 10,5 M$ investis par la Ville de Québec pour favoriser la cohésion sociale

Le 16 mai 2021, à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble en paix, la Ville de Québec a dévoilé les principaux éléments de sa stratégie en matière de diversité, d’équité et d’inclusion. Le maire de Québec Régis Labeaume a annoncé en ce sens une série d’initiatives et un investissement majeur de près de 10,5 M$ sur trois ans afin de permettre une meilleure cohésion sociale sur le territoire de la capitale.

Annoncée le 31 mars dernier par le maire Régis Labeaume, la création de la Maison de la diversité de Québec offrira un lieu permanent de rassemblement, de partage et d’apprentissage des cultures où les citoyens pourront se rencontrer, partager leurs connaissances culinaires ou voir des spectacles. Selon le maire de Québec, la future Maison de la diversité sera aménagée à la Maison Pollack, située sur la Grande Allée. Propriété de la Ville de Québec, cet immeuble à caractère patrimonial se trouve actuellement dans un état avancé de dégradation. Un montant de 3 M$ sera alloué pour l’aménagement de la Maison Pollack pour qu’elle devienne d’ici environ trois ans, après des travaux majeurs, la Maison de la diversité de Québec. (...) La Ville accordera également 350 000 $ pour la réalisation de trois jours de performances musicales par des artistes de la diversité et d’autres groupes émergents qui seront offerts à la population à l’occasion de la fête de la ville, au début de juillet 2022, dans les jardins de l’Hôtel-de-Ville.

Les places éphémères seront de retour cet été et l’une d’entre elles mettra en valeur les communautés culturelles. La place éphémère des cultures (101 500 $) permettra aux passants de découvrir de manière informative et ludique des éléments distinctifs des cinq continents. Elle occupera la Marina Saint-Roch, le parc Gilles-Lamontagne et les pourtours du centre récréatif Saint-Roch de juin à septembre 2021. Ce projet est rendu possible grâce à la participation financière du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI)

La Ville de Québec développe un projet événementiel estival pour 2022 sur le site d'Expo-Cité, notamment à la place Jean-Béliveau, dans le boisé et à l'intérieur du Grand Marché. Cet événement bénéficiera d’un financement de 400 000 $. Passeport en main, les visiteurs pourront voyager à travers le site pour découvrir les images, les musiques et les saveurs de terres proches et lointaines. La Ville travaille également en collaboration avec le Carnaval de Québec afin de développer un concept qui permettra d’inclure la diversité culturelle aux festivités hivernales dès 2022. Ce nouveau concept bénéficiera d’un investissement de 500 000 $.

(L.I.C. — Source : Ville de Québec)

Lisez plus dans l'édition de mai imprimée

L'édition imprimée
no. 186, Mai 2021
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution

Une révolution en matière de diversité, équité et inclusion à la Ville de Québec et au SPVQ

«Il faut tout mettre en œuvre pour cultiver l’accueil de la différence plutôt que le jugement et la méfiance, la bienveillance au détriment de l’indifférence», a déclaré le maire Régis Labeaume, le 16 mai 2021, en conférence de presse, à l’occasion de la Journée internationale du vivre-ensemble en paix. Le maire de Québec était accompagné à cette occasion, entre autres, par Mme Iréna Florence Harris, experte-conseil en diversité, équité et inclusion à la Ville de Québec et par le tout nouveau directeur du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), M. Denis Turcotte.

Afin de lutter contre toute forme de discrimination et d’inégalités sociales, la Ville de Québec est en train de mettre sur pied une vaste stratégie de diversité, d’équité et d’inclusion établie sur le principe du droit à l’épanouissement personnel et professionnel pour tous. Elle s’engage à ce que chez les employés municipaux, il y ait une représentation de la diversité au moins égale à celle qu’on retrouve au sein de la population (7 % selon le Recensement de 2016). (...)

Le nouveau directeur du SPVQ, M. Denis Turcotte, a dévoilé brièvement son plan d'action pour rendre le SPVQ plus représentatif de la population de Québec, notamment en augmentant le nombre de policiers issus de minorités visibles. Le Service de police de la Ville de Québec travaille actuellement au développement d’un partenariat avec le Cégep Garneau pour la création d’une attestation d’études collégiales (AEC), formation d’environ neuf mois qui permettra au SPVQ de recruter plus facilement et plus rapidement des policiers issus de l'immigration qui ne sont pas détenteurs d'un diplôme d'études collégiales en techniques policières d'une durée variant entre deux et trois ans. Après l'obtention de l'AEC, les futurs policiers devront suivre une formation de 15 semaines à l'École nationale de police du Québec à Nicolet, comme les autres policiers. (...)

«Selon nos données, recueillies sur déclarations volontaires, le Service de Police de la Ville de Québec compterait actuellement 14 policiers issus de minorités ethniques, 13 policiers issus de minorités visibles et 24 policiers issus de nations autochtones», a déclaré pour «Les immigrants de la Capitale» M. David Poitras, sergent aux communications du SPVQ. (Mihai Claudiu CRISTEA)

Sources : Isabelle DROUIN, Service des communications de la Ville de Québec et David POITRAS, sergent aux communications du SPVQ

Lisez plus dans l'édition de mai imprimée

Le Québec ouvre ses portes aux spécialistes de l’innovation et de la compétitivité

Le 22 avril 2021, la ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration Mme Nadine Girault a annoncé le lancement du Programme pilote d’immigration permanente des travailleurs des secteurs de l’intelligence artificielle, des technologies de l’information et des effets visuels.

Conçu par le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) avec la collaboration du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, le ministère de l’Économie et de l’Innovation de même que les organismes TECHNOCompétences et Forum IA Québec, ce programme permettra de sélectionner des travailleuses et travailleurs hautement qualifiés dans des secteurs d’emploi stratégiques de l’économie québécoise qui font face à un déficit important de main d’œuvre..

Le programme permettra de sélectionner 550 personnes par année pour un établissement permanent, soit 275 personnes diplômées du Québec ou travailleuses et travailleurs temporaires du secteur de l’intelligence artificielle et 275 travailleuses et travailleurs étrangers du secteur des technologies de l’information et des effets visuels. La personne requérante principale peut inclure les membres de sa famille au moment de la présentation de sa demande de sélection permanente. La période de réception des demandes se déroule du 22 avril au 31 octobre 2021.

«Avec le lancement de ce nouveau programme pilote, notre gouvernement veut outiller les entreprises afin de recruter les meilleurs talents à l’international, d’appuyer et d’accélérer l’innovation dans les nouvelles technologies», a déclaré Mme Nadine Girault, ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration. (...)

Pour être admissibles à ce nouveau programme pilote d’immigration permanente, les candidats intéressés doivent soit être une travailleuse ou un travailleur étranger ou une diplômée ou un diplômé du Québec dans le secteur de l’intelligence artificielle, soit être une travailleuse ou un travailleur étranger des technologies de l’information et des effets visuels. Le programme pilote prendra fin le 1er janvier 2026. Pour connaître tous les critères de sélection, visitez le site Web officiel du gouvernement du Québec au www.quebec.ca.

(L.I.C. — Sources : MIFI et www.quebec.ca)

Lisez plus dans l'édition de mai imprimée