Attaques terroristes islamistes à Vienne : SOLIDAIRES AVEC L'AUTRICHE !
Halloween ensanglantée à Québec : SOLIDAIRES AVEC LES FAMILLES DES VICTIMES !
Attentats terroristes islamistes à Nice et à Conflans-Sainte-Honorine : SOLIDAIRES AVEC LA FRANCE !
L’actuelle crise sanitaire qui se prolonge indéfiniment est en train de miner sérieusement la santé mentale d’un très grand nombre de Québécois. (Photo: LIC)

Comment surmonter la dépression et l’anxiété causées par la pandémie?

Selon une enquête réalisée du 4 au 14 septembre 2020 par une équipe de l’Université de Sherbrooke, l’actuelle crise sanitaire est en train de miner la santé mentale d’un très grand nombre de Québécois. Un adulte sur quatre vivant à Montréal (et un sur cinq en région) accuse des symptômes compatibles avec un trouble d’anxiété généralisée ou une dépression majeure à cause de la pandémie de COVID-19. Les réalisateurs de l’enquête proposent aux autorités quelques solutions pour éviter une véritable catastrophe. (Mihai Claudiu CRISTEA)

Maria Peralta Guzman, courtier immobilier résidentiel P

Vos projets et vos rêves immobiliers sont ma passion!

Je mettrai à votre service toute mon expertise et mon énergie afin d’être à la hauteur de vos attentes. (Photo : France Bouchard, artiste photographe)

Depuis 2007, je suis votre personne de confiance pour vos financements hypothécaires. Toujours là pour la réalisation de tous vos projets, avec les meilleures solutions et au mieux de vos intérêts. Vous avez toujours pu compter sur moi pour mon entière disponibilité, mon dévouement et mon professionnalisme. Vous avez pu constater (ou vous pourriez le constater en me faisant confiance) que je suis une vraie passionnée de mon travail.

À partir de décembre 2019, j’ai ajouté une nouvelle corde à mon arc. Tout en demeurant dans le même domaine, je suis maintenant devenue courtier immobilier chez RE/MAX 1er CHOIX. Je vous propose donc de vous accompagner tout au long de votre projet immobilier pour le rendre réalisable.

Je suis aujourd’hui capable de vous aider à vendre ou à trouver la propriété de vos rêves ou tout type de propriété résidentielle de moins de cinq logements, du début jusqu'à la fin du processus. De plus, étant entourée d’un réseau de contacts très solide, je peux toujours continuer à m’occuper de votre financement hypothécaire. Et cela, avec l’excellent service auquel je vous ai habitué par le passé.

Vos projets et vos rêves immobiliers sont ma passion! Que ce soit pour la vente ou l’achat d’une propriété, je mettrai à votre service toute mon expertise et mon énergie afin d’être à la hauteur de vos attentes durant toutes les étapes de la vente ou de l’achat de votre résidence à Québec et dans la région de Québec. En français, en espagnol et en anglais.

MARIA PERALTA GUZMAN
Courtier immobilier résidentiel
5300, boul. des Galeries – Local 110, Québec (Québec) G2K 2A2
418 717-0414 (cellulaire) ou 418 683-9300 (bureau)
maria.p.guzman@remax-quebec.com
www.mariaperaltaguzman.com

Un virus «traître», incapable de faire des miracles!

Depuis sept mois, le nouveau coronavirus occupe les esprits de plusieurs d’entre nous du matin au soir. Cela est devenu encore plus vrai en ce début de deuxième vague de COVID-19 avec le passage «au rouge» de plusieurs régions du Québec dont celle de la Capitale-Nationale.

Alors que le SRAS-CoV-2 faisait des ravages dans les CHSLD du Québec il y a quelques mois, le premier ministre François Legault avait qualifié le nouveau coronavirus de «maudit». Pour le directeur national de la Santé publique du Québec, M. Horacio Arruda, le virus est un «traître». Dans les publicités gouvernementales, au-delà du slogan «tous contre un, tous contre la COVID-19» (assez bizarre du point de vue linguistique), le nouveau coronavirus est «tenace» et «malsain». Pour que la liste soit plus complète, en attendant un vaccin efficace, tout en sachant que le virus a déjà connu plusieurs mutations d’un continent à l’autre, j’ajouterais deux adjectifs: «perfide» et «sournois».

À cause de l’impact majeur qu’il a eu sur nos vies, sur les économies et les relations interhumaines, certains d’entre nous, au Québec et ailleurs, ont associé le SRAS-CoV-2 à toutes sortes de théories fantaisistes ou carrément aberrantes. Ainsi, nous avons appris à tour de rôle que le virus a été échappé intentionnellement (ou non) d’un laboratoire chinois ou a été lancé d’une escadrille d’ovnis par des extraterrestres. Pour d’autres, nous faisons face actuellement à une véritable punition divine. (…) Une autre théorie qui a fait du chemin durant la première vague de COVID-19 et refera probablement surface durant la deuxième, c’est que la pandémie a provoqué non seulement de la souffrance, des deuils et du désespoir, mais aussi une «immense générosité». Tout en me rappelant les paniers des villes italiennes qui descendaient des balcons en attendant que de bons samaritains les remplissent avec des denrées alimentaires durant le confinement, je ne crois pas que nous avons assisté à un miracle planétaire (ou québécois) en matière de générosité. Je crois encore moins que le nouveau coronavirus a fait de nous des humains meilleurs. Ou en tout cas, pas encore… Je crois qu’à de rares exceptions, nous sommes restés et resteront les mêmes personnes qu’avant la pandémie, pas plus généreuses, pas plus sensibles et pas plus intelligentes. Celui qui battait sa femme ou ses enfants depuis des années fera la même chose, peu importe la forme de la courbe de la pandémie (sauf peut-être si la punition divine fonctionne et l’envoie sous un respirateur artificiel, entre la vie et la mort, pour y réfléchir à ses actes répréhensibles). (…) En zone orange ou rouge, les racistes resteront des racistes. (…) Les égoïstes resteront des égoïstes. Les méchants resteront des méchants et les hypocrites, des hypocrites. Les voleurs, les menteurs et les escrocs (avec ou sans cravate) ne changeront pas leurs habitudes, au Québec, au Canada ou dans nos pays d’origine. Les masques, qui cachent maintenant une bonne partie de leur visage (donc le non-verbal) les aideront juste à mieux nous voler ou nous mentir. Parfois, tout en nous regardant dans les yeux...

Mihai Claudiu CRISTEA

Lisez plus dans l'édition d'octobre imprimée

La Ville de Québec embauche une experte-conseil en diversité, équité et inclusion

La Ville de Québec annonce la nomination de Mme Iréna Florence Harris à titre d’experte-conseil en diversité, équité et inclusion, un nouveau poste créé dans le cadre du projet du vivre-ensemble. Madame Harris sera la première à occuper ce poste à partir du 26 octobre 2020. Elle aura un mandat de trois ans. (…)

Iréna Florence Harris est détentrice d’un certificat en français langue seconde de l’Université Laval, d’un baccalauréat en Sciences de la gestion organisationnelle du collège Mercy de New York et d’une maîtrise en sciences de l’éducation du collège Lehman de New York, dont le programme comprenait un volet important sur l’équité et l’inclusion en éducation. La nouvelle experte-conseil en diversité, équité et inclusion de la Ville de Québec a, entre autres, dirigé et guidé plus de 80 entreprises membres de l’accélérateur canadien en technologie numérique au Consulat général du Canada à New York dans divers domaines critiques.

Madame Iréna Florence Harris est née à Québec, où elle a passé une partie de sa vie, mais ses racines sont un impressionnant mélange de cultures. Sa mère est Québécoise, son grand-père maternel était originaire de la nation huronne-wendat et sa grand-mère maternelle était d'origine française. Son père est né en Caroline du Nord aux États-Unis. Il était d'origine afro-amérindienne. Il a immigré au Québec dans les années 1970 après avoir pris sa retraite de la Force aérienne des États-Unis (United States Air Force).

Le mandat de Mme Iréna Florence Harris sera de mettre en place une politique de diversité, d’équité et d’inclusion en collaboration avec les services municipaux de la Ville de Québec. Pour y parvenir, elle aura, entre autres, à évaluer certaines pratiques et procédures de l'administration municipale en matière de diversité en comparaison avec les meilleures pratiques du domaine. Elle agira également en tant que consultante auprès du personnel issu de la diversité culturelle et auprès des organisations représentant les minorités.

«La diversité, l’équité et l’inclusion sont pour moi des dossiers prioritaires qui doivent influencer notre façon d’administrer la ville. Par ses compétences et son expertise, Mme Harris saura accompagner notre organisation afin que nous puissions assurer un rôle de leader en matière de cohésion sociale dans notre milieu», a déclaré le maire de Québec M. Régis Labeaume.

«La Ville de Québec et les différents acteurs du milieu ont à cœur l’équité et l’inclusion pour tous les citoyens. Madame Harris nous aidera à mieux comprendre ce que vivent les personnes issues des différentes communautés culturelles et à solidifier notre tissu social afin que l’on vive réellement tous mieux ensemble», a précisé à son tour Mme Émilie Villeneuve, membre du comité exécutif responsable du développement communautaire et social. (M.C. CRISTEA — Source: Isabelle DROUIN, Service des communications de la Ville de Québec)

Lisez plus dans l'édition d'octobre imprimée

L'édition imprimée
no. 179, Octobre 2020
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution

Il porte un masque provocateur d’Anonymous au supermarché IGA Extra Lebourgneuf

Pour se moquer des règlements en vigueur concernant le port du masque au Québec, le 29 septembre 2020, en soirée, un individu portant un masque en plastique d’Anonymous faisait, imperturbable, ses achats chez IGA Extra Lebourgneuf à Québec. Ce masque qu’on voit parfois dans les films sur les braquages de banques ou dans certaines manifestations antimasques lui permettait de respirer librement par deux trous au niveau du nez. (…) Pendant qu’il faisait la file pour payer ses achats (occasion pour nous de le prendre en photo), aucun membre du personnel du supermarché n’a osé le questionner au sujet de son masque provocateur. (…)

Nous avons envoyé les photos au département des médias du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ), tout en expliquant le contexte. «Selon les photographies que vous nous avez fait parvenir, le masque porté par cette personne ne serait pas conforme à ce que la santé publique exige de porter comme couvre-visage. (…) L’infraction est celle d’accéder à un lieu sans porter un couvre-visage selon l’article 139 de la loi sur la santé publique. Pour cette infraction, l’amende en vigueur est de 1 000 $ plus les frais pour un adulte et de 500 $ plus les frais pour un mineur», nous a déclaré M. Pierre Poirier, agent aux communications au SPVQ.

Le SPVQ ajoute que le supermarché était en droit de refuser l’accès à la personne portant un tel masque. Si la personne refusait de se conformer, le commerce aurait dû communiquer avec les policiers pour une intervention immédiate. «Pour le commerçant qui laisse entrer une personne sans porter un couvre-visage, l’amende est actuellement de 1 000 $ plus les frais», précise M. Poirier. L’article 139 (mis à jour le 30 septembre 2020) stipule en revanche que les amendes peuvent atteindre 6 000 $.

Le directeur du supermarché IGA Extra Lebourgneuf, M. Dany Paquet, nous a confirmé par courriel qu’un suivi a déjà été fait avec son équipe: «Nous interdirons l’accès au magasin à ce client. Nous avons déjà eu une discussion avec cette personne qui a fait preuve d’une attitude très agressive. La police sera avisée la prochaine fois», nous a écrit M. Paquet. (Mihai Claudiu CRISTEA)

Lisez plus dans l'édition d'octobre imprimée

Campagne de collecte de fonds pour aider les Brésiliens les plus vulnérables face à la COVID-19

Le 19 octobre 2020, le Brésil comptait plus de 154 000 personnes décédées à cause du nouveau coronavirus. La plupart des victimes faisaient partie des communautés brésiliennes les plus vulnérables. Et elles continuent d’être en danger. Ce sont les autochtones, les quilombolas (des descendants et descendantes d’esclaves africains) et les peuples de la périphérie urbaine des villes les plus peuplées.

La pandémie frappe toutes les nations, c’est sûr! Mais dans un pays où le président dit: «Ce n’est qu’une grippette», on peut s’imaginer la catastrophe. Le gouvernement d'extrême droite de Bolsonaro manque de politiques publiques adéquates et néglige la santé des nombreuses communautés qui sont plus à risque. (…)

Devant ce portrait désolant, des collectifs brésiliens au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs villes européennes se sont organisés pour lancer une campagne de collecte de fonds intitulée «Solidarité internationale avec le Brésil — Soutenez les mouvements sociaux en première ligne contre la COVID-19». L'initiative vise à soutenir les mouvements sociaux au Brésil qui se voient dans l’obligation d’agir pour faire face à la pandémie. Les associations de ces mouvements aptes à recevoir les fonds de cette campagne sont toutes reconnues pour leur longue histoire de travail communautaire. Ces organisations partenaires ont été sélectionnées selon des critères rigoureux. (…)

Cette campagne vise à informer toutes les nations de la situation catastrophique vécue par de nombreuses communautés brésiliennes. Elle vise également à faciliter l’arrivée de dons de l'étranger pour soutenir les actions des mouvements sociaux brésiliens. Pendant la pandémie, les inégalités grandissent, mais en tant qu’êtres humains solidaires, nous pouvons tous contribuer. Vous pouvez aider en faisant un don ou en diffusant l’information. Vos dons seront reçus et transmis aux organisations partenaires du Brésil par le Comité pour les droits humains en Amérique latine (CDHAL), basé à Montréal.

Pour en savoir plus et pour faire un don, visitez le www.bit.ly/brazilsolidarity (anglais, français, portugais et espagnol) ou le www.facebook.com/ColetivoBrasilQuebec.

Paula LIMA et le Collectif Brésil-Québec

Lisez plus dans l'édition d'octobre imprimée