Solidaires avec Las Vegas, Marseille et Edmonton! Solidaires avec New York!
La ministre de la Justice Stéphanie Vallée souhaite que le processus d’admission aux professions réglementées soit plus performant et que des formations d’appoint et des stages soient disponibles. (Photo: LIC)

Le gouvernement Couillard veut «pratiquer de nouveaux muscles»

Le 12 octobre 2017, lors de la Grande Rencontre sur l’accès aux professions réglementées et à l’emploi pour les personnes immigrantes et formées hors Québec, le gouvernement Couillard semblait (du moins au niveau des paroles) très déterminé à régler ce vieux dossier. «On doit pratiquer de nouveaux muscles», affirme la ministre de la Justice Stéphanie Vallée (au centre de la photo), en citant son collègue David Heurtel, le tout nouveau ministre de l’Immigration.

L’événement a réuni à Québec les représentants des 46 ordres professionnels du Québec, des universités et cégeps, des CIUSSS et des organismes qui œuvrent en emploi et en immigration. Mihai Claudiu CRISTEA

LE QUÉBEC DANS L’ÂME



En septembre 2009, sous le titre «Huit ans et… toujours immigrant», j’écrivais ceci: «Je sais très bien que je suis Roumain et que je vais mourir Roumain». Huit ans plus tard, mes rapports sentimentaux avec le Québec ont changé presque sans m’en rendre compte… Le cauchemar juridique que j’ai dû subir il y a quelques années a fait en sorte qu’aujourd’hui je passe ma vie entre la Roumanie et le Québec. Et, étonnamment, sans que mon identité roumaine diminue, je me sens de plus en plus Québécois.

Je n’aime toujours pas le hockey et le retour des Nordiques me laisse indifférent. Je ne souhaite pas un projet «structurant» de SRB à Québec (j’aime en revanche les trams futuristes de Marseille). Je déteste toujours l’hiver québécois, qui m’a rendu malade dans tous les sens du terme. Je n’ai jamais goûté à la poutine, mais il y a quelque chose en moi qui a changé profondément. Ce lieu où la chanteuse Lara Fabian disait que «le ciel est plus haut» (même en hiver) ne me laisse pas froid, au contraire même. J’aime avant tout les gens d’ici. Cela a pris du temps, mais je suis certain que 16 ans après mon arrivée en sol québécois je porte irrémédiablement le Québec dans l’âme. Où que je sois.

Au cours de mes dix premières années à Québec, j’écoutais de la musique roumaine en boucle. (...) J’étais fier et même ému d’entendre à la radio Québec O-Zone avec «Dragostea din tei», Edward Maya avec «Stereo Love» ou la bombe sexy roumaine Alexandra Stan avec son succès planétaire «Mr. Saxobeat». Aujourd’hui, quand je retourne en Roumanie je me surprends touché en regardant par hasard une télésérie québécoise sur TV5, souvent sous-titrée. L’accent québécois me semble si familier et si compréhensible. J’écoute toujours de la musique roumaine, mais plus souvent que je ne pouvais le penser, durant les mois que je passe en Roumanie j’écoute presque chaque jour de la musique québécoise. J’adore écouter «33 Tours» de 2Frères, «Emmène-moi» de Marie-Mai ou l’ensorcelant «Fou» d’Andréanne A. Malette. (…)

Devant autant de nostalgie québécoise, ma chère épouse roumaine, qui ne se voit plus vivre au Québec, me suggère de cesser de venir travailler ici seulement quand il fait chaud: «Tu t’ennuies du Québec, hein? T’as oublié? Vas-y en janvier!»...

Mihai Claudiu CRISTEA

Le PQ exige «le refus de tout accommodement religieux à la règle du visage découvert»

Même si les trois partis d’opposition (le Parti Québécois, la Coalition Avenir Québec et Québec solidaire) ont voté en bloc contre le projet de Loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État, la majorité libérale l’a emporté le 18 octobre 2017, à 66 contre 51.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière de laïcité, la députée de Taschereau Agnès Maltais, a déploré une fois de plus que le gouvernement Couillard ait refusé d’adhérer au consensus québécois concernant la laïcité de l’État. Pour Mme Maltais, le gouvernement du Québec «impose sa solution aux Québécois, au lieu d’entendre leurs préoccupations». De plus, il «envoie le signal que l’État devra se soumettre à tous les préceptes religieux».

Rappelons que le Parti Québécois (PQ) et la députée Agnès Maltais ont proposé sans succès durant les débats sur le projet de Loi 62 d’inscrire la laïcité dans la charte québécoise des droits et libertés de la personne. La proposition a été considérée comme étant «irrecevable». Le PQ a exigé également et exige toujours «le refus de tout accommodement religieux à la règle du visage découvert dans la prestation et la réception des services publics».

«La Loi 62 du gouvernement Couillard induit la population en erreur, et ce, à plusieurs égards. Ce qui devait être une loi pour affirmer la laïcité de l’État est en réalité une loi qui fera entrer plus de «religieux» dans l’État», affirme la députée Nathalie Roy, porte-parole de la Coalition Avenir Québec (CAQ) en matière de laïcité. Elle ajoute qu’il ne s’agit pas non plus d’une vraie loi sur le visage à découvert, et cela, parce que la ministre Stéphanie Vallée facilite (par cette même loi) les demandes d’accommodements pour des raisons religieuses.

La députée Nathalie Roy estime que la Loi 62 votée par les libéraux de Philippe Couillard se trouve «à des années-lumière de la laïcité». (L.I.C.)
L'édition imprimée
no. 144, Octobre 2017
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution