Solidaires avec Londres! Solidaires avec la communauté musulmane de Québec!
Pancartes à la main, les manifestants sillonnant les rues du Vieux-Québec répétaient des slogans contre le racisme, la haine et la xénophobie. (Photo: Elsa Iskander)

«L’ignorance et la peur sont les causes des malheurs!»

Quelques centaines de personnes ont défilé dans les rues du Vieux-Québec le 18 février dernier, lors d’une manifestation contre le racisme, l’intolérance et la haine. Réunis devant l’Assemblée nationale, point de départ de la manifestation, plusieurs intervenants ont pris la parole. En plus de dénoncer le racisme, certains participants ont mis l’accent sur l’importance du vivre-ensemble en sol québécois.

La manifestation, une initiative du Regroupement d’éducation populaire en action communautaire de Québec et Chaudière-Appalaches (RÉPAC 03-12), a été organisée en collaboration avec le Festival contre le racisme de Québec. Le racisme est «une réalité qui n’échappe pas au Québec», a déploré Nicolas Villamarin, porte-parole du Festival. (Elsa ISKANDER)

Quand le «politically correct» se déguise en «moumounerie»…

Je suis abasourdi. Et il y a de quoi. On apprend qu’à Québec, la vingtaine de représentations prévues à l’automne de la pièce de théâtre Djihad, que j’avais eu le grand plaisir d’apprécier en octobre dernier, ont été annulées.

Il parait que des écoles qui avaient retenu la pièce se sont désistées. Pas le bon moment, pas le bon timing… Voyons donc! Tout comme Ismaël Saidi, l’auteur et metteur en scène de cette pièce exceptionnelle, on s’explique mal pourquoi on a torpillé ces représentations.

Est-ce que les gens qui ont pris cette décision ont vu la pièce? Tout juste un extrait? J’en serais fort étonné. Si ces décideurs avaient vu la pièce comme moi, ils auraient constaté qu’elle s’adapte à tous les contextes et surtout, parce qu’elle est suivie de commentaires et d’explications très bien faits par Ismaël Saidi, on en ressort enrichi et mieux équipé pour faire la part des choses. Particulièrement après le tragique événement du 29 janvier dernier, je suis convaincu qu’Ismaël Saidi aurait été capable de contextualiser intelligemment son message et de montrer justement que la radicalisation n’est pas que d’un côté.

Mais non, on a eu peur de se fier à l’intelligence des gens de Québec. Cette pièce est jouée en Europe devant tous les publics, qu’il soit athée, chrétien ou musulman et nous, pour d’incompréhensibles motifs, on en sera privé.

Dans cette affaire, on prétend vouloir protéger la sensibilité des musulmans. Lors de la présentation d’octobre dernier à Québec, il y avait pas mal de participants de confession musulmane. Pourtant, les attentats terroristes de Charlie Hebdo, du Bataclan ou de l’aéroport de Bruxelles, etc. n’étaient pas loin. Personne n’a rouspété. Aucun commentaire négatif, au contraire. Que des éloges et surtout une utilisation des enseignements de la pièce par tous ceux et celles qui travaillent à combattre la radicalisation, que ce soit celle des suprématistes blancs, celle du tueur du 29 janvier ou celle de radicaux musulmans.

Veut-on vraiment on protéger la sensibilité DES musulmans? Ceux que je connais sont loin d’avoir eu des parcours dans la ouate et seront peut-être les premiers, comme Ismaël Saidi d’ailleurs, à ne pas comprendre une pareille décision.

Quand le «politically correct» se déguise en «moumounerie», voilà ce que cela donne.

Michel LECLERC, collaboration spéciale

Le Parti Québécois a pris le pouls des immigrants dans son effort de renouvellement

Après l’élection de M. Jean-François Lisée à la tête du Parti Québécois (PQ), M. Paul St Pierre Plamondon a été nommé conseiller spécial en matière de jeunesse, diversité culturelle et milieu des entreprises. Le 13 février dernier, M. Plamondon a rencontré une quarantaine de participants issus de l’immigration à la Maison de la coopération lors de la 99e consultation intitulée Osez repenser le PQ. (…)

Durant les échanges, le thème de l’identité québécoise a refait surface à plusieurs reprises. «Le PQ doit vraiment s’ouvrir plus aux Néo-Québécois et pas seulement occasionnellement comme on en a eu des fois l’impression», estime M. Victor H. Ramos, président de la Casa latino-américaine.

En voulant rassurer la population immigrante, la députée Agnès Maltais a confirmé la volonté de son parti de présenter plus de candidats issus de l’immigration: «On est prêt à y aller à des candidatures pour que les immigrants ressentent qu’ils font partie de la famille».

La question de la souveraineté du Québec est revenue lors des échanges comme un sujet préoccupant. «On trouve que le Parti Québécois a de bons projets pour les familles, mais il est toujours plus axé sur la problématique de l’indépendance», a lancé M. Ibrahima Sidibe-Pommier, vice-président du Conseil panafricain de Québec. La réponse de la députée Agnès Maltais à ce sujet, c’est qu’«il y a des gens qui disent oui et il y a des gens qui disent non à la souveraineté». Mais ce qui est important présentement, selon elle, c’est que «l’ADN du Parti Québécois doit changer. (…) L’ADN que l’on veut changer, c’est la partie qui concerne le contact avec les Québécois d’autres origines».

Après un travail en équipe, les immigrants de Québec présents à la rencontre ont fait au PQ une série de recommandations très concrètes. Ainsi, selon eux, le Parti Québécois doit entre autres: changer le discours par rapport à l’immigration; faire tomber les barrières artificielles basées sur la couleur de la peau et les origines ethniques; éviter de copier les erreurs faites en Europe; expliquer pourquoi le Québec doit devenir indépendant; rajeunir son équipe et ses militants; défendre les valeurs de tous les Québécois, en s’intéressant aux valeurs des Néo-Québécois; faire arrêter le profilage (racial, religieux, etc.) et le discours haineux de certaines radios; soutenir la reconnaissance des acquis professionnels; faire respecter la loi sur les minorités visibles pour une meilleure représentativité.

Sophie OMARI
L'édition imprimée
no. 137, Mars 2017
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution