Solidaires avec Las Vegas, Marseille et Edmonton! Solidaires avec New York!
Mbaï respecte le verdict populaire. Il pense cependant avoir «semé une graine qui germera un jour»… (Photo: LIC)

Un Noir au conseil municipal, Québec ne semble pas encore prête!

Le 5 novembre 2017, le candidat de Démocratie Québec dans Saint-Roch – Saint-Sauveur, le Tchadien d’origine Mbaï-Hadji Mbaïrewaye, aurait pu devenir (selon nos recherches) le tout premier conseiller municipal noir de l’histoire de la ville de Québec. Le terrain lui parlait d’une victoire certaine, mais il a été défait.

Québec ne semble pas encore prête à élire un Noir au conseil de ville. Mais Mbaï respecte le choix de ses concitoyens. Il pense cependant avoir «semé une graine qui germera un jour». Et il garde espoir, car Québec évolue.

Mihai Claudiu CRISTEA

L’ombre du niqab sur le Québec

Quelques jours après l’adoption du projet de Loi 62 sur la neutralité religieuse de l’État, la ministre de la Justice Stéphanie Vallée est revenue devant les journalistes pour renier ses propres propos et s’excuser d’avoir mal expliqué l’application de sa propre loi. Les femmes portant le niqab ou la burqa dans les autobus du Québec ne seront finalement pas contraintes de rester à visage découvert «pour la durée du service offert», soit sur toute la durée du trajet, comme déclarait initialement la ministre. Elles n’auront qu’à se découvrir quelques secondes à des fins d’identification, et cela seulement si elles possèdent une carte d’autobus avec photo…

Les libéraux de Jean Charest et de Philippe Couillard ont eu si peur de légiférer sur le port du niqab et de la burqa qu’après dix ans de débat et d’hésitations, ils ont fini par accoucher d’une souris étourdie qui a même peur de sa propre ombre. La Loi 62, qui prétend qu’au Québec les services publics seront reçus et donnés à visage découvert, laisse la porte ouverte à des exceptions pour des motifs religieux. (...)

Depuis le 7 novembre 2017, l’absurdité est devenue totale. Malgré le fait qu’elle soit quasiment inapplicable, la Loi 62 fait face à une contestation judiciaire déposée à la Cour supérieure du Québec par le Conseil national des musulmans canadiens, l’Association canadienne des libertés civiles et par Marie-Michelle Lacoste, alias Warda Naili, une Québécoise convertie à l’islam et portant le niqab. Les plaignants affirment que la Loi 62 est inconstitutionnelle et qu’elle brime la liberté de religion des femmes musulmanes portant le voile intégral au Québec. (…)

L’ombre du niqab, ce tissu controversé avec lequel sont en désaccord la majorité des Canadiens (incluant ceux de confession musulmane) plane sur le Québec comme un mégafantôme d’Halloween. Cette ombre paralyse les «muscles» de presque tous les politiciens québécois et canadiens. Elle atrophie la fibre qui devrait normalement faire partie des qualités essentielles de tous ceux qui exercent la politique à haut niveau: le courage.

Mihai Claudiu CRISTEA

«Le gouvernement du Québec peut changer les règles du jeu avec les ordres professionnels»

Dans notre édition d’octobre dernier, vous avez pu lire que le gouvernement Couillard s’engage à faciliter (enfin) l’accès aux professions réglementées et à l’emploi pour les personnes immigrantes et formées hors Québec. Selon le nouveau ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion David Heurtel, cité avec enthousiasme par la ministre de la Justice Stéphanie Vallée, «on doit pratiquer de nouveaux muscles» pour réussir à régler ce vieux dossier. Et le gouvernement se dit prêt à le faire.

Comme ce n’est pas la première fois qu’on entend de si belles paroles de la part des gouvernements qui se sont succédé à Québec depuis plus de 15 ans, nous avons demandé au PDG de Dolbec International, M. Pierre Dolbec, qui suit de très près le dossier de l’immigration, si cette fois-ci il faut prendre au sérieux ces engagements du gouvernement en poste. Voici sa réponse:

«Cela va leur prendre beaucoup plus de nouveaux muscles par rapport à ce qu’on a vu jusqu’à présent. Ils font face aux 46 ordres professionnels du Québec qui ne sont pas du tout tentés d’avoir des immigrants dans les jambes, ce qui est désolant. J’ai pris récemment un taxi et la personne qui était en arrière du volant, c’était un docteur. (…) Ne me dites pas qu’avec un peu de soutien il ne sera pas capable de travailler au Québec où on ferme les urgences par manque de médecins! J’ai un collaborateur comptable originaire du Rwanda qui travaille pour moi une journée par semaine et il n’a jamais été capable d’exercer sa profession. (…) Ces ordres sont la création du gouvernement et il a les moyens de les faire bouger même si leur lobbying protectionniste est très fort. Le gouvernement du Québec peut changer les règles du jeu avec les ordres professionnels. Mais cela va prendre une vraie volonté politique et du courage. Il y a peut-être un bon timing, car les élections s’en viennent», nous a déclaré en exclusivité M. Dolbec.

Mihai Claudiu CRISTEA
L'édition imprimée
no. 145, Novembre 2017
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution