Dimanche de Pâques horrible au Sri Lanka. Plus de 250 personnes tuées
dans une série d’attentats terroristes anti-chrétiens. Solidaires avec les familles des victimes!
Il y avait aussi quelques larmes sur les joues de certains finissants, mais il y avait surtout beaucoup d’espoir. (Photo: LIC)

Émotions, larmes, espoir et la lumière au bout du tunnel

Le 21 juin dernier, l’émotion était forte au Centre Fierbourg durant la cérémonie de remise de diplômes de la nouvelle cohorte de préposées et préposés aux bénéficiaires. Il y avait aussi quelques larmes sur les joues de certains finissants, mais il y avait surtout beaucoup d’espoir. Ces femmes et ces hommes issus de l’immigration, très convoités par les employeurs, prennent déjà soin des Québécois de toutes origines dans les résidences pour les personnes âgées ou dans les hôpitaux de la région de Québec.

Mihai Claudiu CRISTEA

Du 12 au 21 septembre 2019

Des films internationaux à ne pas rater au
Festival de cinéma de la ville de Québec P

Scène du film Take me somewhere nice (Photo : FCVQ).

Le Festival de cinéma de la ville de Québec (FCVQ) vous invite à découvrir du 12 au 21 septembre 2019 une série d’œuvres cinématographiques provenant des quatre coins du monde. De conflits familiaux ou politiques à des films d’horreur ou d’humour, notre sélection des meilleurs récits et portraits internationaux vous fera voyager à travers différentes réalités.

Gagnant d’un prix au Festival de Cannes, le documentaire poignant For Sama raconte la vie de Waad Al-Kateab au cours des cinq années du soulèvement d’Alep, en Syrie. Cinq années durant lesquelles Waad tombe amoureuse, se marie et donne naissance à Sama, alors que le conflit s’enlise autour d’elle.

La réalisatrice belge Sarah Hirtt, lauréate au Festival de Cannes, signe son premier long-métrage intitulé Escapada. Une famille déchirée par la vie se retrouve en Espagne autour d’un petit héritage familial: Gustave, transporteur au bord de la faillite, Jules, militant anarchiste, et Lou, la cadette perdue entre ses deux frères. Chacun a sa vision du monde et des projets pour cet héritage qui va réveiller les secrets et les fantômes du passé.

D’une esthétique imprenable, le film Take me somewhere nice vous amène dans la quête d’Alma qui voyage des Pays-Bas jusqu'en Bosnie pour rendre visite à son père qu'elle n'a jamais rencontré. Elle s’embarque dans une escapade routière imprévisible au cœur du pays.

Pour la programmation complète de l’édition 2019 du Festival de cinéma de la ville de Québec et pour obtenir vos CinéPasses ou vos billets, visitez dès maintenant le www.fcvq.ca.

Plus de 70 M$ d’argent neuf pour mieux franciser les immigrants du Québec

Le 5 juillet 2019, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, M. Simon Jolin-Barrette, a annoncé officiellement à Montréal un investissement supplémentaire de 70,3 M$, qualifié de «majeur» et d'«historique», pour un budget total d’environ 170 M$, dès cette année, pour la francisation des personnes immigrantes. Selon M. Jolin-Barrette, cet investissement supplémentaire permettra au ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) de mettre en place quatre nouvelles mesures : l’élargissement des clientèles admissibles aux services de francisation et aux allocations de participation (40 M$); la bonification de l’allocation de participation pour les cours de francisation à temps complet (12,8 M$); la création d’une allocation de participation pour les cours à temps partiel (17 M$); l’ajustement de l’allocation des frais de garde pour les personnes fréquentant les cours à temps partiel (0,5 M$).

Le MIDI estime que ces nouvelles mesures inciteront davantage de personnes immigrantes résidant au Québec à apprendre le français ou à améliorer leur français. «La connaissance du français est un facteur essentiel pour une intégration réussie des personnes immigrantes. Par ces nouvelles mesures et ces bonifications des services en francisation, le gouvernement respecte ses engagements et agit concrètement pour que toutes les personnes immigrantes puissent avoir accès facilement à des cours de français de qualité favorisant, par le fait même, leur intégration au travail et à la société québécoise», a déclaré le ministre Simon Jolin-Barrette.

Le gouvernement du Québec a décidé d’élargir dès le 1er juillet 2019 l’accès aux services de francisation à temps complet et à temps partiel ainsi qu’aux aides financières afférentes aux personnes immigrantes admises au Québec depuis plus de 5 ans. De plus, l’accès aux services de francisation à temps complet et à temps partiel ainsi qu’aux aides financières afférentes est maintenant ouvert aux travailleurs et aux étudiants étrangers temporaires ainsi qu’à leur conjoint ou conjointe.

Une mesure qui rendra très probablement les cours de francisation plus populaires est la bonification de l’allocation de participation pour les cours à temps complet passant de 141 $ à 185 $ par semaine. Le gouvernement a annoncé en même temps, toujours à partir du 1er juillet 2019, la création d’une allocation de participation pour les cours de français à temps partiel de 15 $ par jour, et la bonification du montant de l’allocation de frais de garde, pour les cours à temps partiel, de 7 $ à 9 $ par jour par enfant ou personne handicapée à charge. (M.C.C. – Source : MIDI)

«Un virage de la modernisation» dans le système d’immigration québécois

Le 27 juin 2019, le ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, M. Simon Jolin-Barrette, a procédé au lancement du nouveau système de sélection Arrima. Rappelons pour conformité que ce système a été initié et conçu en très grande partie par l’ancien gouvernement libéral de Philippe Couillard et qu'il devait être lancé en septembre dernier peu avant les élections provinciales.

Neuf mois plus tard, l’intention du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI) par le lancement du système Arrima reste celle de traiter rapidement et efficacement les demandes de sélection pour inviter au Québec «des travailleuses et des travailleurs qualifiés dont le profil répondent aux besoins des entreprises dans les différentes régions du Québec». Arrima est déjà synonyme d’une grande banque de déclarations d’intérêt provenant de personnes désirant immigrer au Québec dans le cadre du Programme régulier des travailleurs qualifiés. À partir de cette banque, le MIDI invitera les personnes qui répondent le mieux aux besoins du Québec à présenter leur demande de sélection permanente.

À l’occasion du lancement officiel du processus des premières invitations par l’entremise d’Arrima, M. Simon Jolin-Barrette a parlé d’un «virage de la modernisation» dans le système d’immigration québécois : «Le système Arrima nous permet de mieux répondre aux besoins du marché du travail du Québec. (…) L’immigration est l’une des solutions à la rareté de main-d’œuvre qui touche le Québec, et nous nous assurerons que les personnes immigrantes qui choisissent de s’y établir seront en mesure de participer pleinement à la société québécoise, et ce, à la hauteur de leurs compétences».

Le MIDI affirme que par le biais du système Arrima il pourra désormais «concentrer ses efforts sur le traitement des demandes de personnes qui, tout en présentant un fort potentiel d’intégration au Québec, répondent aux besoins du marché du travail». Pour les futurs immigrants du Québec, ajoute le MIDI, «la différence sera marquée, car le délai de traitement de leur dossier passera de trois ans à six mois, une fois leur demande de sélection permanente présentée».

Le ministre Simon Jolin-Barrette a également dévoilé une nouveauté offerte par la plateforme Arrima qui facilitera les démarches de recrutement des entreprises du Québec par l’intermédiaire du Portail Employeurs. Les entreprises auront ainsi accès aux caractéristiques socioprofessionnelles des personnes qui ont déclaré leur intérêt à immigrer au Québec. (M.C. CRISTEA – Source : MIDI)
L'édition imprimée
no. 165, Juillet 2019
3 000 exemplaires. 20 pages.
Disponible dès maintenant.
Voir les points de distribution